Aucune oeuvre n'est référencée.

 
Fanny Vandecandelaere, photographe/vidéaste, née en 1985 en Cher, vit à Paris.


Après une année préparatoire à l'école des Beaux Arts de Châteauroux en 2003, Fanny entre à l'école de l'image (EESI) de Poitiers et obtient son Diplôme National d'Arts Plastiques en 2006. Elle poursuit ses études et se spécialise en photo et vidéo à l'école nationale des Arts Décoratifs de Paris (ENSAD) où elle a été diplômée en juin 2010.

Fanny Vandecandelaere développe un travail sensible qui s’articule autour de la perception du paysage. Elle interroge cette notion de paysage actuel, social, quotidien, notre façon de voir et la manière dont l'homme entretient un rapport exclusif avec la nature, son territoire.

Elle présente aux Comptoirs Arlésiens un extrait de sa série Extase*, où le cadre panoramique dévoile un regard différent de notre approche habituelle. Son horizontalité invite au mouvement, nous renvoie au déplacement, à la traversée du paysage. Le parcours physique induit le parcours du regard. La composition, la frontalité, la couleur et la picturalité des images, s'allient pour créer une atmosphère mystérieuse, magique, voire irréelle. La déambulation permet le jaillissement de l’inconscient. Car si ces lieux peuvent sembler familiers de prime abord, ils peuvent également nous parler de bien d’autres choses. D’un espace de pensée, où ce qui est vu relève autant de la réminiscence incertaine, que d’un espace plus sensoriel, qui génère une émotion.

Nous retrouvons dans la démarche artistique de Fanny, l'appartenance au lieu où elle a grandi, le retour à sa terre. Depuis plusieurs années, le paysage de sa région natale, le Berry, fait partie d'une de ses thématiques de prédilection, devenue presque obsessionnelle. Au départ, cette campagne lui semblait dénuée de sens, un territoire ordinaire, d’une évidente banalité, tout en étant un lieu spécifique : le territoire de la famille.

« Nous voyons dans Nostalgia* cohabiter deux régimes de présence. D’abord avec ces vues de lieux habités mais vides, qui en dessinent l’échelle. » Une fenêtre ouverte sur ces lieux de vies intimes, familiaux, comme des traces, des preuves d’existence, des fragments d’un décor quotidien.
« Cette partie narrative est complétée par des images plus évasives, étales, presque absentes à elles-mêmes, qui se développent à un niveau d’intensité différent. On y retrouve son habituelle volonté de voir, d’affirmer une attention aux détails les plus flottants tout en se laissant pénétrer par les climats, pour faire émerger des objets ou des lieux de pensée. » Christophe Bourguedieu.

Vous pouvez également découvrir aux Comptoirs sa vidéo La Griffe* : un paysage bucolique, contemplatif, rythmé par le travail des hommes, devient soudainement étrange dans une atmosphère sourde, de l’ordre de la fantasmagorie... Son film parle d’un paysage particulier : celui de la montagne, les Pyrénées.
Un paysage qui ne peut être modifié par l’homme. Une quête de la nature inaccessible, où il faut grimper pour accéder à la vue imprenable du sommet et à une jouissance qui relève du sensible.


*Extase, série de 5 photographies argentiques, format panoramique, 110 x 40 cm.
*Nostalgia, série de 15 photographies argentiques et numériques.
*La Griffe, vidéo 16:9 couleur, 13', 2010



Expositions / Festivals

2011
Déc- Festival international du film de montagne d'Autrans
Nov/déc - Comptoirs Arlésiens de la jeune photographie en Arles
Nov - Festival Bandits-Mages de Bourges
Mai - Festival LOOP de Barcelone
Mars - Festival Videoformes de Clermont-Ferrand

2010

Juin - Ciné-Fémis invite l'Ensad, Paris 18e
Mai - Galerie le Laboratoire, exposition collective : Royal College of Art, Fachhochschle et Ensad. Publication d’un catalogue "Prix Leica 09", Paris 1er.

http://fannyvandecandelaere.com/7cv/cv.html